Dans l’impasse

Il est des instants pris dans une impasse amère
Temps lancinants criant comme une infâme mère
Temps gris qui sous le joug d’une triste misère
On boirait tout son soûl l’idiocratie vulgaire.

Où sont les utopies ? Les rêves de velours ?
Les mondes de magie ? Les vrais élans d’amour ?
On crève d’agonie ici et alentour
Et l’on ressasse encor les mêmes faux discours.

Et moi que puis-je y faire avec ma pauvre plume ?
Dans mon verre de vin j’ai un goût d’amertume.
Mes larmes coulent sec, blasée qu’on nous embrume,
J’arme mes mots d’airain, la feuille est mon enclume.

Misogynie, homophobie, les dieux supplient
Pédophilie, pornographie, le diable jouit
Politiques rassis avides de profits
Quand sonnera le glas de leurs bouffonneries ?

N’avons-nous rien saisi de leur vile impudence ?
N’avons-nous rien appris de siècles de violences ?
Nos droits sont tous bafoués tout est sous surveillance
Nos libertés volées nos vies sont sous créances.

Occident oxydé de vices bon marché
Homo sapiens pas sage espèce menacée
Tu t’es laissé soumettre aux lois infortunées
De ces gouvernements qui t’ont manipulé !

Face au marasme ambiant je feins quelque assurance
Sans me prendre au sérieux, je joue je ris je danse,
Autour du feu parfois je prie et j’entre en transe
Et dans l’éther m’en vais chercher ma vraie pitance.

De retour au chaos où tout semble si vain
Perdue dans le refrain d’une chanson sans fin
Je bois à la santé de ce monde en déclin
Mes rimes arrosées pour l’aube de demain.

© Aurélie Païno